Andre Marie de Chenier

(30 October 1762 – 25 July 1794 / Istanbul)

A Versailles


O Versaille, ô bois, ô portiques,
Marbres vivants, berceaux antiques,
Par les dieux et les rois Élysée embelli,
A ton aspect, dans ma pensée,
Comme sur l'herbe aride une fraîche rosée,
Coule un peu de calme et d'oubli.

Paris me semble un autre empire,
Dès que chez toi je vois sourire
Mes pénates secrets couronnés de rameaux,
D'où souvent les monts et les plaines
Vont dirigeant mes pas aux campagnes prochaines,
Sous de triples cintres d'ormeaux.

Les chars, les royales merveilles,
Des gardes les nocturnes veilles,
Tout a fui; des grandeurs tu n'es plus le séjour:
Mais le sommeil, la solitude,
Dieux jadis inconnus, et les arts, et l'étude,
Composent aujourd'hui ta cour.

Ah! malheureux! à ma jeunesse
Une oisive et morne paresse
Ne laisse plus goûter les studieux loisirs.
Mon âme, d'ennui consumée,
S'endort dans les langueurs. Louange et renommée
N'inquiètent plus mes désirs.

L'abandon, l'obscurité, l'ombre,
Une paix taciturne et sombre,
Voilà tous mes souhaits: cache mes tristes jours,
Et nourris, s'il faut que je vive,
De mon pâle flambeau la clarté fugitive
Aux douces chimères d'amours.

L'âme n'est point encor flétrie,
La vie encor n'est point tarie,
Quand un regard nous trouble et le coeur et la voix
Qui cherche les pas d'une belle,
Qui peut ou s'égayer ou gémir auprès d'elle,
De ses jours peut porter le poids.

J'aime; je vis. Heureux rivage!
Tu conserves sa noble image,
Son nom, qu'à tes forêts j'ose apprendre le soir,
Quand, l'âme doucement émue,
J'y reviens méditer l'instant où je l'ai vue,
Et l'instant où je dois la voir.

Pour elle seule encore abonde
Cette source, jadis féconde,
Qui coulait de ma bouche en sons harmonieux.
Sur mes lèvres tes bosquets sombres
Forment pour elle encor ces poétiques nombres,
Langage d'amour et des dieux.

Ah! témoin des succès du crime,
Si l'homme juste et magnanime
Pouvait ouvrir son coeur à la félicité,
Versailles, tes routes fleuries,
Ton silence, fertile en belles rêveries,
N'auraient que joie et volupté.

Mais souvent tes vallons tranquilles,
Tes sommets verts, tes frais asiles,
Tout à coup à mes yeux s'enveloppent de deuil.
J'y vois errer l'ombre livide
D'un peuple d'innocents qu'un tribunal perfide
Précipite dans le cercueil.

Submitted: Monday, April 12, 2010

Do you like this poem?
0 person liked.
0 person did not like.

What do you think this poem is about?



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?

Comments about this poem (A Versailles by Andre Marie de Chenier )

Enter the verification code :

There is no comment submitted by members..

PoemHunter.com Updates

New Poems

  1. Death Be Not Proud: A parody (with apolo.., Arindom Borah
  2. Funerall Elegy VII, Francis Quarles
  3. YOU MAKE ME RICH!, Seema joglekar
  4. My Wife, dee villa
  5. Ema ايما, MOHAMMAD SKATI
  6. Money is not always honey, MOHAMMAD SKATI
  7. Broken Promises, Ronald Chapman
  8. Death and final farewell, Gangadharan nair Pulingat..
  9. Sion's Sonnets, Francis Quarles
  10. Here is the morning, gajanan mishra

Poem of the Day

poet Charles Stuart Calverley

He stood, a worn-out City clerk —
Who'd toil'd, and seen no holiday,
For forty years from dawn to dark —
Alone beside Caermarthen Bay.
...... Read complete »

   

Trending Poems

  1. The Road Not Taken, Robert Frost
  2. Fire and Ice, Robert Frost
  3. Still I Rise, Maya Angelou
  4. Phenomenal Woman, Maya Angelou
  5. Nothing Gold Can Stay, Robert Frost
  6. I Know Why The Caged Bird Sings, Maya Angelou
  7. Annabel Lee, Edgar Allan Poe
  8. Stopping by Woods on a Snowy Evening, Robert Frost
  9. Dreams, Langston Hughes
  10. If, Rudyard Kipling

Trending Poets

[Hata Bildir]