Wace

(1100 - 1174)

La Chronique Ascendante des Ducs de Normandie


Mil chent et soisante anz out de temps et d'espace
puiz que Dex en la Virge descendi par sa grace,
quant un clerc de Caen, qui out non Mestre Vace,
s'entremist de l'estoire de Rou et de s'estrasce,
qui conquist Normendie, qui qu'en poist ne qui place,
contre l'orgueil de France, qui encor les menasce,
que nostre roi Henri la congnoissë et sace.
Qui gaires n'a de rentes ne gaires n'en porcache ;
mez avarice a frait a largesce sa grace,
ne peut lez mainz ouvrir, plus sont gelez que glace, .
ne sai ou est reposte, ne truiz train ne trace;
qui ne soit losengier ne encort liu ne place,
a plusors i fait on la cue lovinace.
Ce ne fu mie el temps Virgile ne Orace
ne el temps Alixandre ne Cesar ne Estace,
lores avoit largesce vertu et efficace.
Du roi Henri voil faire ceste premiere page,
qui prist Alianor, dame de haut parage,
Dex doinst a ambedeuls de bien faire courage!
Ne me font mie rendre a la court le musage,
de dons et de pramesses chascun d' euls m' asouage ;
mez besoing vient souvent qui tost sigle et tost nage,
et souvent me fait meitre le denier et le gage.
France est Alienor et debonnaire et sage ;
roÿne fu de France en son premier aage,
Looÿs l' espousa qui out grant mariage;
en Jerusalem furent en lonc pelerinage,
assez y traist chescun travail et ahanage,
Quant reparriez s' en furent, par conseil du barnage
s' em parti la roÿne o riche parentage;
de cele departie n'out elle nul damage ;
a Poitiers s'en ala, son naturel manage,
n'i out plus prochain heir qu'el fu de son lignage.
Li roiz Henri la prist o riche mariage,
cil qui tint Engleterre et la terre marage
entre Espaingne et Escosce, de rivage en rivage ;
grant parole est de lui et de son vasselage,
des felons qu'il destraint comme oysel clos en cage ;
n' a baron en sa terre o si grant herbergage
qui ost le pais enfraindre em plein ne en boscage,
se il peut estre ataint, n'et des membres hontage,
ou qu'il n'i lest le cors ou l' ame en ostage.

La geste voil de Rou et dez Normanz conter,
lors faiz et lor proësce doi je bien recorder.
Les boisdies de France ne font mie a celer,
tout tens voudrent Franchoiz Normanz desheriter
et tout tens se penerent d' euls vaincre et d'els grever,
et quant Franceiz nes porent par force sormonter
par plusors tricheries lez soulent agraver ;
forslignié sont dont l' en souloit chanter,
faux sont et souduianz, nuz ne s'i doit fier;
d'avoir sont covoiteuz, n'en nes peut avonder,
de doner sont escars et demandent aver.
Es estoires peut on et es livres trover
qu' onques Francheiz ne voudrent as Normans foi porter,
ne por fiance faire ne por sur sainz jurer;
nepoureuc bien lez seullent lez Normanz refrener,
non pas par traïsons mez par granz cops donner.
Se lez Franceiz pooient lor pensez achever,
ja li roiz d'Engleterre n'avrait rienz decha mer,
a honte l'en feroient, s'il pooient, passer-
Au siege de Roem le cuiderent gaber;
s'il le peüssent prendre ou par force enz entrer
tout temps mez li feïssent par eschar reprover,
mez quant Henri y vint n'i ouserent ester
ne il n'i peüssent mie asseür sejorner.
Par nostre novel roi, qui roi ne peut regner,
cuiderent Normendie toute prendre ou gaster.
lez fiz mesconseillierent por le pere encombrer.
Donc voïssiez Henri par cez marches haster,
de l'une tere a l'autre et venir et aler,
trois jornees ou plus en un soul jour errer ;
ceu cuidoient sa gent que il deüst voler.
Ne puiz les chevaliers qu'il out prisons nombrer,
en aneaux et en buies les fist enchaiener
mez nes vout, tant fu noble, pendre ne dezmembrer.
Li baronz de la terre, mez je nes voil nombrer,
qui le fiz vers le pere firent deznaturer
et le pere et le fiz firent entremeller,
le pere pour le fiz voudrent deshonorer.
dez gaaings qu'il i firent ne se pourent vanter,
s' il vouloient lor pertes provoier et esmer,
jamez en lor aé nel porront restorer,
ne lor fiz ne lor filles nes porront estorer.
Lor vingnes et lor boiz fist li roiz estreper
et lor maisons ardoir et lor chasteaux gaster,
de lor gaaing ne poent fors lor honte monstrer ;
bien lor vient s'il lor poent par itant eschaper.
Laist Henri dez Franceiz le venir et l' aler,
par messages parrout, de loing les face ester;
mout li vont a engin, Dex l' en doinst bien garder,
tel envie ont de li qu'il nel poent amer,
volentiers le feroient le blanc el noir muer;
mez Henri est tant sage, tant puissant et tant ber,
tant a terres, tant viles, tant peut hommes mander,
Loeïs et les suenz peut il faire trembler.

Henri out assez teres, qui out Tors et Touroingne,
Anjou out et le Maingne de son droit patremoingne,
Normanz et Engleiz out de son droit matremoingne,
o la roÿne prist tout Petou et Gascoingne.
Li roiz donc je vous di est de bon testemoingne,
n'est mie perechoux d'aler en sa besoingne,
de l'escu pendre au col et de vestir la broine;
boiz aimë et rivieres quant il n'a d'et besoingne,
l'orguil des felons homs chastië et besoingne,
n'esparne de justice provoire ne chanoingne;
tel paiz font en .sa tere com en cloistre font moingne.

Henri estoit petiz quant la guerre li crut
du roi Estevenum, qui a grant tort li mut ;
Maheut l'empereïz, qui mere Henri fut,
en soustint maint travail, mainte foiz s'en dolut.
Au siege de Vincestre si grant bonté parut,
quarante jours i fut, Damedieu li ajut .
Onques jour asseür n'i menja ne ne but,
mil armez i mena, Dex, tante lance i fut .
N'i a si bon vassal qui de travail ne sut,
hons n'i peut autre ateindre qu'il net prenge ou ne tut.
Priz fu li quens Robert que Maheut secorut,
pour sa serour rescourre l'estor unge arestut,
et Maheut s'en ala tant com cheval corut;

dedenz Oxenefort troiz moiz et trois jours jut,
assise en un chastel, que issir ne l' en lut.
Par nuit s' en eschapa, que hons ne l' aperchut,
fors ceuls qui l' enmenerent, qu' a conduire l' estut,
n'i a si bon ami qui au partir salut ;
neif fut grant, mez geler souz la neif li valut,
un lincheul affluba, sez anemis dechut,
ad Walerigefort ou Brïens la rechut;
mout fu dolenz li roiz quant il ne l'aconsut.
Estiennes n'out onc paiz ne avoir ne la dut,
quer mal conseil creï et mal conseil li nut.
tant le destrainst li roiz que son droit recongnut,
du regne l'erita, qui a ceus moult crut
a qui la guerre plest et a qui la paiz plut,
diz et noef anz fu roiz, a cet terme morut,

Henri fu fiz Henri, fiz sa fille Mahaut,
empereïz de Romme, ne pout estre plus haut.
Cil fu roiz moult puissant, n'out voisin tant plus haut
que il ne li feïst, s'il veusist, prendre (a)saut,
n'esparna de justice ne bas homme ne haut ;
por amistié de dames out maint froit et maint chaut;
maint bon chastel ferma et prist maint par assaut,
abeïe(s) fist a Raduignes une qui bien vaut.
Grant deul fu de sa mort, mez as felons n'en chaut,
quer a euls nen est gaires qui vieinge ne qui aut;
trente sept anz fu roiz, preuf de demi en faut.

Henri fu fiz Guillaume qui plusour ont oï,
qui sainte eglise ama et mout i entendi-
Chevalier out en lui corajouz et hardi,
mez quant primes tint tere, diz anz ou plus, ce cul,
des baronz du païs li sont plusors failli,

serement et fiance trespassé et menti;
petit estoit et gemble, ne l'ont mie cheri,
n'ourent por lui garant ne manant ne mendi.
Au doziesme an qu'il tere maintint et mainborni
es plainz de Vallesdunes un estour envaï,
de Neel et d'Ernouf la terre deffendi,
deuz orgueilloux viscontes qui l'orent envaï.
Tant out li roiz de France et proié et servi
qu'il vint en sa besoingne et maint coup i feri;
un des Costentinoiz sus l' escu le feri,
de ceu dit l' en encore : de Costentin iessi
la lance qui le roi qui tint France abati.
Neel fu desconfit et Ernouf s' en fuï,
et li dus o sez genz lez fuianz parsuï,
en Ongne envoia maint ou il les embati.
Puiz prist Damfront par force, quinze moiz l'asailli,
troiz chasteaux fist dehors, mout s'en tint a honni
Martel, li quens d' Anjou, qui le chastel perdi,
la contree tenoit, onques puiz n'en joï.
Mout fu vaillant et prouz Guillaume donc je di,
la Mainne et le(z) Mans as Manseaux le toli,
la tour i fist de pierre qu'il tint pose et garni,
et l'orgueil as Bretons mainte foiz confondi.
Engleterre vainquit et lez Engleiz conqui;
ce fu et moiz d' outouvre au jour saint Calesti
que la bataille fu, la ou maint hom peri,
donc fu Guillaume roiz, grant honor recuilli ;
mil anz et soisante siz out de terme acompli
puiz que Dex de la Virge en Beleen nasqui,
quant li dus devint roiz et l'onor recuilli ;
la fist une abeïe ou il se combati.
Deuz autres abeïes a Caen establi,
la roÿne sa fame en une enseveli,
en l'autre giest son cors si com il le choisi ;
trente deuz anz fu duc et bien li eschaï,
et puiz fu rois et dus vingt un an et demi.
Par toute Normendie paiz et treues bani
du mecredi au jour duc'au main du lundi;
qui entretant prist un ne homme asaut bati
d' escumeniement en sentence chaï,
de noef livres fust envers l'evesque en merchi,
Li roiz au moriant sez terres departi;
a Robert son ainnez Normendie guerpie
et Guillaume le roiz d'Engleterre sessi,
ce estoit son conquest, si pout bien faire issi ;
Sez tresors donna touz au puisné fiz Henri,
et Henri out puiz tout qui puiz longues vesqui-
A Roen jut malade et a Roen feni,
a Caen l' emporterent si homme et si ami,
et moustier Saint Estienne ont le cors enfoï,
devant li maistre autel, Dex ait de lui merchi.

Li roiz Guillaume fu fiz Robert, un baron
du fieu de Normendie, moult par fu gentiz hon.
Ce fut tout le plus large dez Normanz, ce dit on,
a chescun quil servi rendi son guerredon,
lez lieprouz revestoit et donnoit garison,
noble fu et cortoiz et de noble fachon;
dez noblesces qu'il fist, si comme nous lison,
et du contenement qui iert en sa meson,
de chandele et de vin et d'autre livroison,
porroit un sage clerc fere une grant lechon.
Cerisié estora et mist relegion.
En Jerusalem fist peregrination
en langes et nus piez a grant devotion;
longue anz la grant erre ala querre pardon,
le sepulcre baisa et i fist s' oroison ;
puis fu ocis a Nice par envenimoison,
un gars l'envenima par conseil d'un felon
qui estoit sez parenz, si fu grant traïson.
Sept anz tint Normendie en sa subjecion,
et dan Richart son frere devant lui, ce savon.

Robert fu fiz Richart, qui lez moingnes ama,
povres et besoingnoux doucement conseilla,
as mendis vesteüres et a mengier donna.
vers seignor ne vers homme guerre ne commencha,
et se hons li fist tort son droit en porcacha,
qui mal fist a sez hommes, fierement les venja.
Religiouse gent maintint et gouverna,
Fescamp, une abeïe, crut moult et essaucha,
que si peres Richart premierement fonda ;
chagnoingnes i mist cil, mez il les en osta,
lez moignes qu'il i mist de Digon amena.
Ving et noef anz tint terre, au trentiesme fina.
Richart fu fiz Richart donc je vous dirai ja,
bien le porra congnoistre qui l'estoire luira ;
c'est Richart li premiers qui Gonnor espousa
et qui fu fiz Esprote donc mainte gent parla.
Cil n'out onques poour ne ne s'en porpensa ;
mainte merveille vit, maint fantosme trouva,
onques de nulle rienz son cuer ne s'ezfroia,
par nuit autresi tost comme par jour erra ;
boiz ama et rivieres et moult s'i delita,
si furent si fier tant com et pais dura,
Saint Oiem de Roem, ou il moult repaira,
et le Mont Saint Michiel richement estora
et Saint Vandrille en Cauz de sez terres fieufa ;
le moustier de Fescamp fist fere et compassa,
clers y mist pour servir, rentes y aseia,
puiz lez ourent li moingne quant la chose mua.
Les cors de Normendie a garder commanda,
n'estoit mie coustume, mez il le commencha,
ceu fist il pour un cors qu'en un moustier trouva.
Par nuit vint au moustier, ourer vout, enz entra,
li cors iert en la biere, li quens outre passa,
devant l'autel s'en vint ; endementiers qu'il ora
le cors bras estendit, en estant se drescha.
Quant li dus out ouré et il se regarda,
vit le cors grant et gros, deables ressembla,
et Richart trait l'espee si essaie si parla,
un coup li a donné et le cors tresbuscha,
donc issi du moustier, en palefroi monta;
la gent fist assembler, l'aventure montra,
puiz fist le cors garder et bani et rouva
que cors soul ne remainge par nuit se gent n'i a.
Cheveleüre out bloie, mez a rousor troubla.
Cinquante anz et troiz plus sa terre justisa,
emprés la mort son pere qui vallet le lessa.

Mout fu li quens tenus pour bon et pour leal,
mout ama sez baronz et sa gent natural ;
a lui firent Franchoiz mainte painne et maint mal,
mainte foiz le traïrent par haïngne mortal.
Richart fu prouz a pié et prouz fu a cheval,
mainte bataille fist et maint estour champal,
fier estoit et hardi en estour communal
comme sengler cachiez quant a donné estal ;
bien sont sez anemis tornez du mont au val,
en toute la lignie n'out un meillor vassal.
Primes mist a Fescamp ordre chaignonial,
mez sez fiz y fist puiz metre ordre monnial.
Terre tint cinquante anz et troiz plus par egal,
Dex crainst et ama, le pere esperital.

Richart li viex fu fiz Guillaume Longue Espee
que li Flamenz traïrent, ceu est chose provee,
en traïson l'occistrent, n'i a nulle celee ;
par conseil as Franchoiz fu la chose achevee,
mez ja nen iert par moi par son aroi blasmee,
de celle traïson fu grant la renommee.
Eu temps Guillaume fu Normendie doutee,
joie i out a planté et paiz asseüree,
puiz que li quens Rious fu hors de la contree,
que la gent et la pais avoit la gent troublee.
Fier fu et fort Guillaume et de ruiste ponee,
grant cors out et lonc bras, enforcheüre lee,
cheveleüre bloie auques rechercelee,
Jumeges, l'abeïe que Hastainz out gastee,
a de fieus et de rentes et d'avoir restoree ;
de Petou vindrent moingne que lor out amenee,
por Gerbout, se serour, qui la fu marïee.
Pope, mere Guillaume, de Baieues fu nee,
Vingt et cinq anz fu duc, moult out courte duree,
longuement en fu puiz Normendie effree,
Franchoiz lor firent faire mainte male jornee.

Guillaume fu fiz Rou, au bon conquereour,
au vassal, au hardi, au bon combateour
qui fist mainte bataille et souffri maint estour ;
du lignage le claimment et le chief et la flour.
Tant guerrea Franchoiz et tant lor fist poour
que il s'entracorderent, paiz pristrent et amour
le roi qu'il tenoit li fist si grant honour,
Gille, une soue fille li donna a oisor,
et toute Normendie et dedenz et entour.
Rou fu de grant noblece et de moult grant vallor
plusors de sez voisinz le tindrent pour seignor ;
trente anz tint Normendie en sa bonne vigor.

Submitted: Thursday, January 01, 2004

Do you like this poem?
0 person liked.
0 person did not like.

Read poems about / on: son, justice, courage

Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?

Comments about this poem (La Chronique Ascendante des Ducs de Normandie by Wace )

Enter the verification code :

There is no comment submitted by members..

Top Poems

  1. Phenomenal Woman
    Maya Angelou
  2. The Road Not Taken
    Robert Frost
  3. If You Forget Me
    Pablo Neruda
  4. Still I Rise
    Maya Angelou
  5. Dreams
    Langston Hughes
  6. Annabel Lee
    Edgar Allan Poe
  7. If
    Rudyard Kipling
  8. Stopping by Woods on a Snowy Evening
    Robert Frost
  9. I Know Why The Caged Bird Sings
    Maya Angelou
  10. Invictus
    William Ernest Henley

PoemHunter.com Updates

Poem of the Day

poet Robert Herrick

Here we are all, by day; by night we're hurl'd
By dreams, each one into a several world.... Read complete »

   
[Hata Bildir]