Treasure Island

Jean Antoine de Baif

(19 February 1532 – 19 September 1589 / Venice)

Après les vents, après le triste orage


Après les vents, après le triste orage,
Après l'yver, qui de ravines d'eaux
Avoit noyé des boeufs le labourage,

Voicy venir les ventelets nouveaux
Du beau printemps : desja dedans leur rive
Se vont serrer les éclarcis ruisseaux.

Mon Dieu, pour moy cette saison n'arrive.
Le triste yver dure tousjours pour moy.
Si bien Amour de mon printemps me prive !

Bien que tout rit, rien de gay je ne voy :
Bien que de pleurs le ciel serein s'essuye,
Donner la fin à mes pleurs je ne doy.

Sans fin mes yeux versent leur triste pluye,
Et quand chacun se montre plus joyeux,
C'est quand plus fort plus triste je m'ennuie.

Sous la fraicheur des bois delicieux
Venus la gaye, et les Graces compagnes,
Et ses Amours font un bal gracieux.

Les Satyreaux aguetans des montagnes,
Courent après : le gentil patoureau
De son flageol éjouit les campagnes.

Dans les bosquets sur le verd arbrisseau
On oit chanter en son caquet sauvage
Et plaindre Ityl le Daulien oyseau.

Le ciel en rit, la prée et le bocage :
Et semble encor la Naiade en ses flots
Trepignotant dancer au doux ramage.

Mes chants plus gays ce sont tristes sanglots,
Et mon bal c'est de mille pas la perte,
Tous mes plaisirs mille espoirs vains et sots :

Le triste noir, c'est ma couleur plus verte :
D'infinis maux je sen le renouveau,
Des biens je per toute fleur entrouverte.

Rien de printemps je n'ay, sinon le beau,
(Ains mon yver, et printemps de Madame)
Dont je reçoy tousjours yver nouveau.

Doux son printemps : mais bruslante est la flâme,
Du chaud yver, qui me transist le coeur,
Par contréffort me martyrant mon ame.

A ta beauté du printemps la vigueur
Je parangonne, et les fleurs à tes graces,
A la saison de ton âge la fleur.

Mais en beauté le printemps tu surpasses :
A sa douceur cede ta cruauté :
Ta cruauté de douceur tu effaces.

Quand m'attirant de douce privauté
Tu me contreins de te sentir rebelle,
Et t'éprouver contre ma loyauté
Par ton refus ingratement cruelle.

Submitted: Friday, May 11, 2012

Do you like this poem?
0 person liked.
0 person did not like.

What do you think this poem is about?



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?

Comments about this poem (Après les vents, après le triste orage by Jean Antoine de Baif )

Enter the verification code :

There is no comment submitted by members..

PoemHunter.com Updates

New Poems

  1. MISSION, Col Muhamad Khalid Khan
  2. Life's Numbers, Randy McClave
  3. Imagining Love, RoseAnn V. Shawiak
  4. Hunted, Mae AC.
  5. 13 April 2014, Shri R Brahma
  6. 7 Aprl 2014, Shri R Brahma
  7. 25 March 2014, Shri R Brahma
  8. Walking the Dog, Kaila George
  9. Assimilating Thoughts, RoseAnn V. Shawiak
  10. 17 March 2014, Shri R Brahma

Poem of the Day

poet Edmund Spenser

My love is like to ice, and I to fire:
How comes it then that this her cold so great
Is not dissolved through my so hot desire,
But harder grows the more I her entreat?
...... Read complete »

   

Trending Poems

  1. The Road Not Taken, Robert Frost
  2. Still I Rise, Maya Angelou
  3. If You Forget Me, Pablo Neruda
  4. If, Rudyard Kipling
  5. Fire and Ice, Robert Frost
  6. I Know Why The Caged Bird Sings, Maya Angelou
  7. Phenomenal Woman, Maya Angelou
  8. Daffodils, William Wordsworth
  9. A Dream Within A Dream, Edgar Allan Poe
  10. Annabel Lee, Edgar Allan Poe

Trending Poets

[Hata Bildir]