Learn More

Emile Verhaeren

(21 May 1855 – 27 November 1916 / St Amands / Belgium)

A la gloire des cieux


L'infini tout entier transparaît sous les voiles
Que lui tissent les doigts des hivers radieux
Et la forêt obscure et profonde des cieux
Laisse tomber vers nous son feuillage d'étoiles.
La mer ailée, avec ses flots d'ombre et de moire,
Parcourt, sous les feux d'or, sa pâle immensité ;
La lune est claire et ses rayons diamantés
Baignent tranquillement le front des promontoires.
S'en vont, là-bas, faisant et défaisant leurs noeuds,
Les grands fleuves d'argent, par la nuit translucide ;
Et l'on croit voir briller de merveilleux acides
Dans la coupe que tend le lac, vers les monts bleus.
La lumière, partout, éclate en floraisons
Que le rivage fixe ou que le flot balance ;
Les îles sont des nids où s'endort le silence,
Et des nimbes ardents flottent aux horizons.
Tout s'auréole et luit du zénith au nadir.
Jadis, ceux qu'exaltaient la foi et ses mystères
Apercevaient, dans la nuée autoritaire,
La main de Jéhovah passer et resplendir.
Mais aujourd'hui les yeux qui voient, scrutent là-haut,
Non plus quelque ancien dieu qui s'exile lui-même,
Mais l'embroussaillement des merveilleux problèmes
Qui nous voilent la force, en son rouge berceau.
Ô ces brassins de vie où bout en feux épars
A travers l'infini la matière féconde !
Ces flux et ces reflux de mondes vers des mondes,
Dans un balancement de toujours à jamais !
Ces tumultes brûlés de vitesse et de bruit
Dont nous n'entendons pas rugir la violence
Et d'où tombe pourtant ce colossal silence
Qui fait la paix, le calme et la beauté des nuits !
Et ces sphères de flamme et d'or, toujours plus loin,
Toujours plus haut, de gouffre en gouffre et
D'ombre en ombre,
Si haut, si loin, que tout calcul défaille et sombre
S'il veut saisir leurs nombres fous, entre ses poings !
L'infini tout entier transparaît sous les voiles
Que lui tissent les doigts des hivers radieux
Et la forêt obscure et profonde des cieux
Laisse tomber vers nous son feuillage d'étoiles.

Submitted: Friday, August 03, 2012
Edited: Friday, August 03, 2012

Do you like this poem?
0 person liked.
0 person did not like.

Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?

Comments about this poem (A la gloire des cieux by Emile Verhaeren )

Enter the verification code :

There is no comment submitted by members..

Trending Poets

Trending Poems

  1. The Saddest Poem, Pablo Neruda
  2. The Road Not Taken, Robert Frost
  3. Fire and Ice, Robert Frost
  4. Winter Solstice, Jacqueline C Nash
  5. Still I Rise, Maya Angelou
  6. Invictus, William Ernest Henley
  7. A Question, Robert Frost
  8. Stopping by Woods on a Snowy Evening, Robert Frost
  9. If You Forget Me, Pablo Neruda
  10. A Dream Within A Dream, Edgar Allan Poe

Poem of the Day

poet Dante Gabriel Rossetti

A little while a little love
The hour yet bears for thee and me
Who have not drawn the veil to see
If still our heaven be lit above.
Thou merely, at the day's last sigh,
...... Read complete »

   

New Poems

  1. Period so brief, hasmukh amathalal
  2. Rapping Christmas, RoseAnn V. Shawiak
  3. On Christmas Evening, John Lars Zwerenz
  4. MAX, Dog goD 8Hate
  5. Defective, gajanan mishra
  6. Deep Pain, Michael P. McParland
  7. Miracle Of Compassion, RoseAnn V. Shawiak
  8. Dedication, Michael P. McParland
  9. Deciet?, Michael P. McParland
  10. He is on earth, hasmukh amathalal
[Hata Bildir]