Jean Francois Casimir Delavigne

(4 April 1793 – 11 December 1843 / Le Havre)

L’Âme du Purgatoire


Mon bien-aimé, dans mes douleurs,
Je viens de la cité des pleurs,
Pour vous demander des prières.
Vous me disiez, penché vers moi :
« Si je vis, je prîrai pour toi. »
Voilà vos paroles dernières.
Hélas ! hélas !
Depuis que j’ai quitté vos bras.
Jamais je n’entends vos prières.
Hélas ! hélas !
J’écoute, et vous ne priez pas.
« Puisse au Lido ton âme errer, »
Disiez-vous, « pour me voir pleurer ! »
Elle s’envola sans alarme.
Ami, sur mon froid monument
L’eau du ciel tomba tristement,
Mais de vos yeux, pas une larme.
Hélas ! hélas !
Ce Dieu qui me vit dans vos bras.
Que votre douleur le désarme !
Moi seule, hélas !
Je pleure, et vous ne priez pas.
Combien nos doux ravissements,
Ami, me coûtent de tourments,
Au fond de ces tristes demeures !
Les jours n’ont ni soir ni matin :
Et l’aiguille y tourne sans fin.
Sans fin, sur un cadran sans heures.
Hélas ! hélas !
Vers vous, ami, levant les bras,
l’attends en vain dans ces demeures.
Hélas ! hélas !
J’attends, et vous ne priez pas.
Quand mon crime fut consommé,
Un seul regret eût désarmé
Ce Dieu qui me fut si terrible.
Deux fois, prête a me repentir,
De la mort qui vint m’avertir
Je sentis l’haleine invisible.
Hélas ! hélas !
Vous étiez heureux dans mes bras.
Me repentir fut impossible.
Hélas ! hélas !
Je souffre, et vous ne priez pas.
Souvenez-vous de la Brenta,
Où la gondole s’arrêta,
Pour ne repartir qu’à l’aurore ;
De l’arbre qui nous a cachés,
Des gazons… qui se sont penchés,
Quand vous m’avez dit : « Je t’adore. »
Hélas ! hélas !
La mort m’y surprit dans vos bras,
Sous vos baisers tremblante encore.
Hélas ! hélas !
Je brûle, et vous ne priez pas.
Rendez-les-moi, ces frais jasmins,
Où, sur un lit fait par vos mains,
Ma tête en feu s’est reposée.
Rendez-moi ce lilas en fleurs,
Qui, sur nous secouant ses pleurs,
Rafraîchit ma bouche embrasée.
Hélas ! hélas !
Venez m’y porter dans vos bras,
Pour que j’y boive la rosée.
Hélas ! hélas !
J’ai soif, et vous ne priez pas.
Dans votre gondole, à son tour,
Une autre vous parle d’amour ;
Mon portrait devait lui déplaire.
Dans les flots son dépit jaloux
A jeté ce doux gage, et vous,
Ami, vous l’avez laissé faire.
Hélas ! hélas !
Pourquoi vers vous tendre les bras ?
Non, je dois souffrir et me taire.
Hélas ! hélas !
C’en est fait, vous ne prîrez pas.
Adieu, je ne reviendrai plus
Vous lasser de cris superflus,
Puisqu’à vos yeux une autre est belle.
Ah ! que ses baisers vous soient doux !
Je suis morte, et souffre pour vous.
Heureux d’aimer, vivez pour elle.
Hélas ! hélas !
Pensez quelquefois, dans ses bras,
A l’abîme où Dieu me rappelle.
Hélas ! hélas !
J’y descends, ne m’y suivez pas !

Submitted: Wednesday, October 31, 2012

Do you like this poem?
0 person liked.
0 person did not like.

What do you think this poem is about?



Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?

Comments about this poem (L’Âme du Purgatoire by Jean Francois Casimir Delavigne )

Enter the verification code :

There is no comment submitted by members..

PoemHunter.com Updates

Poem of the Day

poet John Clare

I love to see the old heath's withered brake
Mingle its crimpled leaves with furze and ling,
While the old heron from the lonely lake
Starts slow and flaps its melancholy wing,
...... Read complete »

 

Modern Poem

poet Grace Paley

 

Trending Poems

  1. Daffodils, William Wordsworth
  2. The Road Not Taken, Robert Frost
  3. Do Not Go Gentle Into That Good Night, Dylan Thomas
  4. The Frog and The Nightingale, Vikram Seth
  5. All the World's a Stage, William Shakespeare
  6. Fire and Ice, Robert Frost
  7. No Man Is An Island, John Donne
  8. If You Forget Me, Pablo Neruda
  9. Annabel Lee, Edgar Allan Poe
  10. Stopping by Woods on a Snowy Evening, Robert Frost

Trending Poets

[Hata Bildir]