Learn More

Jean Francois Casimir Delavigne

(4 April 1793 – 11 December 1843 / Le Havre)

Hymne à Vénus


Vénus, ô volupté des mortels et des dieux !
Ame de tout ce qui respire,
Tu gouvernes la terre, et les mers, et les cieux ;
Tout l’univers reconnaît ton empire !
Des êtres différens les germes précieux,
Qui dorment dispersés sous la terre ou dans l’onde,
Rassemblés à ta voix féconde,
Courent former les corps que tu veux enfanter.
Les mondes lumineux roulent d’un cours paisible,
L’un vers l’autre attirés, unis sans se heurter,
Par ton influence invisible !
Tu parais, ton aspect embellit l’univers :
Je vois fuir devant toi les vents et les tempètes ;
L’azur éclate sur nos têtes ;
Un jour pur et divin se répand dans les airs.
L’onde avec volupté caresse le rivage ;
Les oiseaux, palpitans sous leur toit de feuillage,
Célèbrent leurs plaisirs par de tendres concerts.
Des gouffres de Thétis tous les monstres informes
Font bouillonner les flots amers
Des élans amoureux de leurs masses énormes.
Les papillons légers se cherchent sous les fleurs,
Et par un doux hymen confondent leurs couleurs.
L’aigle suit dans les cieux sa compagne superbe :
Les serpens en sifflant s’entrelacent sous l’herbe :
Le tigre, dévoré d’une indomptable ardeur,
Terrible, l’œil sanglant et la gueule écumante,
Contemple, en rugissant d’amour et de fureur,
La sauvage beauté de son horrible amante.
Tout ressent de Vénus la puissante chaleur ;
Tout produit : les vallons, les fleuves, les montagnes :
La rose se parfume et le chêne verdit ;
Au fond de l’Océan la perle s’arrondit,
Et les palmiers en fleurs fécondent leurs compagnes.
Cependant les sylvains, brûlés des mêmes feux,
Pressent la nymphe palpitante
Qui tremble dans leurs bras nerveux
Et de désir et d’épouvante ! …
La déesse sourit aux mortels enchantés :
Elle entend s’élever du milieu des cités,
De l’épaisseur des bois, du sein des mers profondes,
Un murmure confus de cent bruits amoureux,
Et ce concert voluptueux
Est l’hommage éternel des êtres et des mondes.

Submitted: Wednesday, October 31, 2012

Do you like this poem?
0 person liked.
0 person did not like.

Read this poem in other languages

This poem has not been translated into any other language yet.

I would like to translate this poem »

word flags

What do you think this poem is about?

Comments about this poem (Hymne à Vénus by Jean Francois Casimir Delavigne )

Enter the verification code :

There is no comment submitted by members..

Trending Poets

Trending Poems

  1. Stopping by Woods on a Snowy Evening, Robert Frost
  2. A Smile To Remember, Charles Bukowski
  3. Still I Rise, Maya Angelou
  4. Daffodils, William Wordsworth
  5. The Road Not Taken, Robert Frost
  6. If You Forget Me, Pablo Neruda
  7. I Am the Only Being Whose Doom, Emily Jane Brontë
  8. Annabel Lee, Edgar Allan Poe
  9. Alone, Maya Angelou
  10. Do Not Go Gentle Into That Good Night, Dylan Thomas

Poem of the Day

poet Emily Jane Brontë

I am the only being whose doom
No tongue would ask no eye would mourn
I never caused a thought of gloom
A smile of joy since I was born

In secret pleasure - secret tears
...... Read complete »

   

New Poems

  1. WE WERE ONCE, Jon Alan
  2. A Mother's Loneliness, Muhammad Farhan Ahmed
  3. God ia not all macho, kalemeera collins
  4. My mom, Meenakshi Hariharan
  5. 2006 Tsunami, Meenakshi Hariharan
  6. Yes, I am emotional, Meenakshi Hariharan
  7. Perspective, DEEPAK KUMAR PATTANAYAK
  8. Let the music play on, Harold R Hunt Sr
  9. A Girl's Proposal, Meenakshi Hariharan
  10. Man, Katherina Palomo
[Hata Bildir]